UNIDEL : « La profession doit prendre en main son avenir »

0
9


Créée en 2016 pour dénoncer le rapport de la Cour des comptes de 2015, qui « accusait » les infirmiers libéraux d’être responsables de la hausse des dépenses de santé, l’Union nationale des infirmiers diplômés d’Etat libéraux (Unidel), a depuis agi pour mettre en valeur la profession. Le point avec sa présidente, Marieke Motto.

Marieke Motto, infirmière libérale, présidente de l'UNIDEL

Marieke Motto, présidente de l’UNIDEL. © DR

Quel bilan tirez-vous de vos quatre années d’existence ?

A l’origine, nous étions organisés en Collectif.

En 2016 nous avons évolué en association car nous avons ressenti le besoin d’appartenir à un groupe sans pour autant être un syndicat, afin de garder une forme de liberté d’expression, d’action et ainsi agir en complément des syndicats.

Nos objectifs sont toujours les mêmes depuis quatre ans, à savoir fédérer et valoriser le travail des infirmiers libéraux. Nous sommes satisfaits de notre bilan de ces quatre dernières années.

A titre d’exemple, en novembre 2018, nous avons été invités par les syndicats à participer aux manifestations à la suite de la présentation du Plan Ma Santé 2022, au sein duquel les infirmiers ont été les grands oubliés.

Nous avons vécu cette invitation comme une forme de reconnaissance, et cela nous a aussi permis de découvrir d’autres facettes de l’exercice de notre profession, et d’agir pour une plus grande solidarité. Le collectif SOS retraite nous a également demandé de participer à ses actions, dès sa création. Ce fût une expérience très riche humainement car nous avons découvert d’autres professions médicales, paramédicales et libérales.

Avec ces différentes participations, nous avons pu nous imposer dans des combats qui nous ressemblaient, et nous avons su nous en retirer lorsque les valeurs représentées n’étaient pas en lien avec les nôtres.

Quelles sont vos valeurs justement ?

Une liberté de parole, le respect de la déontologie, le partage d’expérience, l’entraide, des expériences humaines, etc.

Dans la profession, seuls 10 % des infirmiers sont syndiqués. Nombreux sont ceux qui se tournent alors vers nous pour relayer leur volonté auprès des syndicats.

De notre côté, nous cherchons à être le plus neutres possible, nous n’avons pas plus de lien avec l’un qu’avec l’autre.

Parlons un peu actualité. Avez-vous mené des actions en lien avec la crise sanitaire ?

En Haute-Savoie, où j’exerce, nous avons pris de nombreuses initiatives. A titre d’exemple, comme nous avons reçu de nombreuses consignes au niveau local, nous avons effectué un décryptage de toutes les informations pour ensuite l’envoyer à nos contacts locaux.

Nous avons ensuite relayé l’information via Unidel pour montrer aux Idels qu’il était possible d’agir localement avec un partage d’expérience et l’entraide.

Concernant la deuxième vague, nous sommes un peu plus débordés et surtout, les consignes ne sont pas claires voire contradictoires concernant la réalisation des tests.

Nous voulons donc rebondir pour décrypter les informations et rédiger des fiches synthétiques afin que les Idels sachent à qui ils peuvent proposer les tests et comment. 

Avez-vous d’autres projets en cours ?

Nous préparons notre calendrier de l’Avent ! C’est une initiative que nous avons pris il y a deux ans.

En 2018, chaque jour de décembre, un membre du CA (nous étions 19) s’est présenté d’un point de vue personnel et nous avons publié sa présentation sur notre page Facebook.

L’année dernière, nous avons repris l’idée en revenant quotidiennement sur les faits marquants de la profession en 2019 comme la publication de l’avenant 6, le Bilan de soins infirmiers (BSI).

Cette année, comme l’ambiance est suffisamment morose, nous avons pris le contrepied et décidé de faire un thème de Noël. Tous les jours nous allons présenter une manière de faire des décorations, des recettes de cuisine, ou encore relayer des témoignages d’Idels en lien avec Noël.

Nous espérons par ailleurs pouvoir reprendre en 2021 nos soirées « Apéridel » en région, débutées en 2019 : avec le bureau et le conseil d’administration d’Unidel, nous faisons un tour des régions pour aller à la rencontre de nos adhérents et de nos « followers », afin de discuter de thématiques en lien avec la profession. C’est très enrichissant.

Enfin, comme 2021 est l’année des élections aux Unions régionales des professionnels de santé (URPS), nous voulons expliquer aux Idels ce que sont les URPS, présenter les syndicats, afin que l’information soit la plus complète possible.

Car les questions sur ces sujets sont récurrentes. Le reste de l’année, nous élargirons les sujets avec des articles sur les rôles des Cpam, de l’Uncam, de l’Ordre infirmier. Nous voulons enclencher un processus informatif, afin que la profession prenne en main son avenir et ne reste pas passive.

Propos recueillis par Laure Martin

Je m’abonne à la newsletter

 

Chaque mois, ActuSoins présente une organisation infirmière.

Lire aussi : 

Tabacologie (Afit&a) : « Les infirmiers doivent se saisir de leurs compétences » (novembre 2020)

AFIC : l’association qui fédère les infirmiers de cancérologie (octobre 2020)

Hélène Salette, directrice générale du SIDIIEF : « Les infirmiers doivent apprendre à valoriser par eux-mêmes leur expertise » (septembre 2020)

Association pour l’innovation en santé : « la rencontre humaine est le moteur de notre association »(août 2020)

Avec la FNIR, les infirmiers de réanimation se fédèrent (août 2020)

Association française des infirmier(e)s de thérapie cellulaire hématologie, oncologie et radiothérapie : « Notre objectif est d’alimenter la réflexion » (juillet 2020)

Association francophone des infirmiers du diabète : « Les compétences des infirmiers sont sous exploitées » (juin 2020)

ANPDE : « Les enfants ont des besoins spécifiques qui requièrent une formation dédiée » (mars 2020)

ANFIPA : « Aujourd’hui, nous nous mettons en ordre de marche » (février 2020)

Association de recherche en soins infirmiers : « Notre objectif est de sensibiliser les infirmiers à développer la recherche » (janvier 2020)

Infirmiers de santé au travail : « Notre montée en compétence requiert une formation dédiée »(décembre 2019)

Brigitte Lecointre, présidente de l’ANFIIDE : « Nous devons créer un leadership infirmier » (novembre 2019)

Instituts de formation paramédicaux : “Nous voulons faire évoluer le rôle de directeur”. Entretien avec Florence Girard, présidente de l’Association nationale des directeurs d’école paramédicale (ANdEP). (Sept 2019)

CEFIEC : “Notre finalité est de promouvoir la formation en sciences infirmières” (Octobre 2019)



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here