Parce que la mort “loin des familles” doit être accompagnée

0
16


EN BREF

    Suivant
L’Académie nationale de médecine le rappelle alors que nous vivons la deuxième vague de Covid19 avec un nombre de décès qui ne cesse de croître, toute mort d’un proche, a fortiori inattendue ou brutale, est une confrontation à une fin d’histoire commune, voire d’histoire inachevée. Ambiguïtés affectives et parfois conflits non résolus, zones d’ombre qui ne pourront plus être traitées, survivent à l’épreuve de la séparation. Les paroles que l’on s’était promis de prononcer un jour ne le seront pas, perdues pour toujours.

On le sait, hélas, l’épidémie de coronavirus et les contraintes du confinement ont empêché et empêchent encore aujourd’hui nombre de familles d’accompagner comme elles le voudraient la fin de vie d’un parent, en particulier dans le cas des résidents en EHPAD. Pour l’Académie, la non présentation du corps, justifiée par des raisons de sécurité sanitaire imposant une mise en bière immédiate en cercueil fermé, mésestime le besoin de se représenter la réalité, génère des sentiments de dépossession, voire de culpabilité, et aggrave la perception d’inachevé d’une histoire affective. De fait, parce que ces situations sont insupportables à vivre à bien des titres tant pour les familles que pour les équipes soignantes confrontées à des tensions éthiques, l’ultime regard posé sur le défunt est un instant irremplaçable, pour beaucoup nécessaire, pierre angulaire de l’acceptation. Cette confrontation doit être proposée dans la mesure des possibilités, dans le respect des règles de sécurité sanitaire, à la personne de confiance, à la famille, aux proches. Face à la mort d’un être cher, il importe donc de respecter les choix de chaque famille dans leurs dimensions culturelles et cultuelles, au mieux des possibilités. L’Académie nationale de Médecine recommande en l’état certaines pratiques visant à humaniser les circonstances de deuil en cette période épidémique. Elle cite de maintenir la possibilité de visiter un résident en EHPAD, tout en respectant les règles de sécurité sanitaire, et de faciliter les conditions d’une présence familiale lorsque le pronostic médical laisse prévoir une issue proche mais aussi d’inviter les familles privées de proximité avec leur proche durant les dernières étapes de sa vie, si elles le souhaitent, à rencontrer un représentant de l’équipe soignante ou d’accompagnement pour retracer les conditions de départ de l’être cher.

Retour au sommaire du dossier Ethique et soin



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here