Une découverte prometteuse pourrait conduire à un meilleur traitement de l’hépatite C – ScienceDaily

0
21


Des virologues de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) ont identifié un rôle critique joué par une protéine cellulaire dans la progression de l’infection par le virus de l’hépatite C, ouvrant la voie à un traitement plus efficace. Il n’existe actuellement aucun vaccin contre l’infection par le virus de l’hépatite C, qui touche plus de 130 millions de personnes dans le monde et près de 250 000 Canadiens. Les antiviraux existent mais sont chers et peu disponibles dans les pays en développement, où la maladie est la plus répandue.

Le professeur Terence Ndonyi Bukong et son équipe de virologues, en partenariat avec le professeur Patrick Labonté, ont découvert cette cible thérapeutique potentielle. Ils ont dévoilé que la protéine cellulaire RTN3 était impliquée dans la médiation d’une voie importante essentielle dans le développement et la progression de la maladie à virus de l’hépatite C. Cette découverte prometteuse pourrait conduire à de meilleurs traitements pour la maladie, qui tue environ 500 000 personnes chaque année.

Maître du déguisement

Normalement, le système immunitaire doit reconnaître un virus pour l’attaquer et prévenir l’infection. Le virus de l’hépatite C, cependant, est un maître du déguisement. Il se déplace, sans être détecté, dans les exosomes, qui sont des vésicules microvésicules libérées par des cellules qui fonctionnent normalement dans la communication cellulaire, le transport et l’élimination des déchets cellulaires. Cette nouvelle recherche a révélé que les virus de l’hépatite C interagissent avec une zone clé de la protéine RTN3 en l’utilisant pour insérer leur ARN viral dans les exosomes.

“Nous sommes les premiers chercheurs à démontrer le rôle exosomal que joue cette protéine dans la pathogenèse de l’hépatite C”, a déclaré le Dr Bukong, qui a dirigé l’étude publiée dans la revue PLOS One. “En identifiant les zones de la protéine qui conduisent à la formation d’un exosome infectieux, nous pouvons maintenant rechercher des molécules distinctives qui bloquent l’interaction avec l’ARN viral.” Il a poursuivi en disant: «Cela empêcherait l’ARN viral de pénétrer dans les exosomes et de se cacher du système immunitaire du corps».

La découverte de cette interaction entre le virus et la protéine RTN3 ouvre la porte à davantage de recherche sur d’autres virus qui utilisent des exosomes pour échapper à la détection. “Par exemple, des études ont montré que les virus VIH, Zika et hépatite B se cachent également à l’intérieur des exosomes. Ce déguisement crée un problème pour le fonctionnement optimal des vaccins car même si des anticorps sont développés, ils sont incapables de bloquer l’infection virale ou la transmission,” A expliqué le Dr Bukong. “Si la protéine RTN3 joue également un rôle important dans ces autres maladies, elle pourrait nous aider à faire des traitements plus efficaces et, potentiellement, des vaccins plus efficaces.”

Source de l’histoire:

Matériaux fourni par Institut national de la recherche scientifique – INRS. Original écrit par Audrey-Maude Vezina. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here