une autre piste thérapeutique pour prévenir l’infection

0
7



Des médicaments inhibiteurs de certaines protéases – les cathepsines à cystéine – pourraient, en théorie, être utiles pour prévenir l’infection aux coronavirus en général.

Le SRAS-CoV-2 n’est pas le premier virus de sa lignée. Il existe beaucoup d’autres coronavirus, la plupart endémiques et bénins, quelques uns plus dangereux. La pandémie actuelle est la plus grande que nous vivons dans l’histoire médicale récente. Elle touche toutes les régions du monde. Les vaccins devrait, espérons-le, nous sortir de cette crise dans peu de temps. Pour autant, continuer la recherche concernant des traitements qui pourraient prévenir l’infection aux coronavirus en général est primordial si nous voulons être armés contre les menaces futures virales venant des coronavirus.

Des scientifiques slovènes se sont penchés sur l’intérêt que pourrait avoir les inhibiteurs des cathepsines – une famille de protéines enzymatiques serviteur à cliver les liaisons peptidiques – et précisément les cathepsines qui agissent au niveau de la cystéine – un acide aminé – sur les chaînes peptidiques. En effet, le SARS-CoV et le SARS-CoV-2, deux des trois coronavirus dangereux, se servent de ces enzymes pour favoriser leur multiplication au sein de nos cellules. Les chercheurs du département de biologie pharmaceutique de l’université de Ljubljana publient leur analyser dans la revue Pathogènes PLOS.

Multiplicateur Empêcher les coronavirus de se

Les coronavirus ont deux stratégies principales pour pénétrer dans nos cellules: l ‘endocytose, où la protéine Pointe se lie aux récepteurs de l ‘angiotensine 2 (ACE2) et fait entrer le virus au sein d’une vésicule – le système de transport de nos cellules – et la la fusion membranaire, où cette même protéine se lie à une enzyme, la peptidase transmembranaire, membre de la sous-famille sérine 2 (TMPRSS2) et relargue directement l ‘ARN au sein de la cellule.

Découvrez comment des furets aide les chercheurs à lutter contre le coronavirus dans notre podcast Fil de Science !

Des recherches sont en cours pour tenter d’intervenir en amont, sur les ordonner ACE2 pour éviter que le virus ne pénètre dans nos cellules. D’autres expériences s’attellent à développer des médicaments qui pourraient intervenir plus tard, avant que le virus ne relargue son matériel génétique dans la cellule. En effet, la protéine Pointe se sert d’une de nos enzymes, la cathepsine L, pour s’activer et permettre la réplication de l’ARN du virus dans nos cellules. Il serait donc fort utile d’inhiber cette enzyme précisément. Pour autant, sans essais cliniques nous ne pouvons pas savoir si cela va fonctionner. En effet, le Remdesivir, médicament de la firme pharmaceutique Gilead, agit en inhibant l’action des enzymes nécessaires – des polymérases – à la prolifération de l’ARN viral. Pourtant, les résultats empiriques sont unanimes: le service médical rendu du médicament est très insuffisant.

Multiplicateur les pistes thérapeutiques

Contre les coronavirus, beaucoup de pistes sont explorées depuis la pandémie de SARS-CoV en 2002. Malgré les efforts colossaux fournis par la recherche ces dernières décennies et particulièrement cette année dans la lutte contre le SARS-CoV-2, aucun traitement ne semble efficace fr prophylaxie. Mais on peut espérer qu’en comprenant toujours plus finement comment les coronavirus s’infiltrent dans nos cellules et en faisant progresser nos méthodes thérapeutiques sur peuvent trouver des traitements novateurs qui seront disponibles pour d’éventuelles prochaines épidémies. La technologie issue de la science fondamentale a progressé comme en témoigne l’arrivée imminente des vaccins contre le SARS-CoV-2. Espérons qu’elle continue sur cette lancée.

Intéressé par ce que vous venez de lire?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here