Noël : comment accueillir son premier animal de compagnie

0
4


De nombreux chatons et petits chiens vont rejoindre leur nouvelle famille à l’occasion des fêtes de Noël. L’occasion pour le ministère de l’Agriculture de rappeler que si l’adoption d’un animal de compagnie est source de joie pour les enfants, ce n’est ni un jouet ni un consommable. Mais un projet de vie pour l’animal et la famille.

En France, chaque année entre 750 000 et 1 million d’animaux de compagnie sont adoptés. Mais notre pays détient également le triste record de plus de 100 000 abandons par an. Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, vient donc  de présenter un plan inédit pour lutter efficacement contre ce fléau. “Un animal de compagnie n’est ni un consommable ni un jouet ; en être propriétaire, c’est en être responsable” a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Pourquoi le ronron du chat nous apaise autant

L’abandon est trop souvent le reflet d’un achat ou d’une adoption impulsifs et d’un manque de prise de conscience des futurs maîtres quant aux responsabilités qui leur incombent pour les 10 ou 15 années de vie de leur animal. “Un animal a besoin de soins, d’attention et d’une nourriture adaptée. En prendre conscience implique un engagement quotidien et une démarche préalable raisonnée : c’est un projet de vie pour l’animal et pour la famille” rappelle le ministère de l’Agriculture.

Mise en place d’un certificat de sensibilisation

Ce dernier annonce la mise en place d’un certificat de sensibilisation. Ce certificat, qui pourra être signé auprès d’un vétérinaire, d’un refuge, d’un élevage, au sein d’une animalerie, encourage les bonnes pratiques. En le signant, l’a famille qui adopte s’engagera à prendre conscience du coût de l’animal de compagnie mais aussi des questions sanitaires (vaccination, obligation d’identification, signaux de maladies et de besoin de traitement), ainsi que des besoins physiologiques.

Construire une bonne relation avec son chaton

Donner à manger, nettoyer les yeux, les oreilles ou la caisse de son chat aident l’enfant à se responsabiliser. Au début, il est parfois difficile de faire comprendre au petit qu’un animal n’est pas un jouet. Que ses gestes doivent être délicats. Il faut aussi qu’il apprenne à reconnaître les signes d’agacement de son protégé et à les interpréter.

“Par exemple, un chat qui fuit est un chat qui ne veut pas d’interaction, souligne Dr Isabelle Pasquet, vétérinaire à Paris. Il faut respecter son besoin.” Ne pas laisser l’enfant dormir avec son animal (en particulier un chat), a fortiori s’il a des allergies. Et lui faire prendre l’habitude de se laver les mains avec du savon après s’être occupé de lui.

Si les enfants et les animaux font généralement bon ménage, il faut toujours garder en tête qu’un animal peut avoir des réactions imprévisibles. On ne laisse pas un enfant de moins de 8 ans seul avec un animal et au début on l’assiste lors des différents gestes qui rythment la vie du nouveau compagnon.

Et si je recueille un chat abandonné ?

La première chose à faire lorsque l’on recueille un animal est de l’emmener dans les 48 heures chez un vétérinaire pour faire le point sur sa santé : mise à jour des vaccins, vermifuges, traitements antiparasitaires (tiques, puces, teigne, etc.). L’identification par tatouage ou puce électronique est obligatoire. Une fois rentré à la maison, l’éducation débute !

Durant les tout premiers moments, il faut laisser simplement l’animal faire connaissance avec l’enfant et vice-versa. Pas d’excitation, on y va doucement. “Le mieux est de pratiquer le renforcement positif, c’est-à-dire de féliciter l’animal s’il a s’est montré gentil avec l’enfant, voire de lui offrir une petite friandise pour qu’il associe l’enfant à un moment agréable”, conseille la vétérinaire. Et si vous avez un bébé à la maison, ne laissez pas l’animal coller sa truffe contre son visage.

Un geste un peu brusque ou une étreinte trop forte peuvent provoquer une réaction de défense. Il faut apprendre à faire preuve de prudence, même si les animaux – en particulier les chiens – aiment le chahut et les poursuites. “Les enfants ont généralement une manipulation moins douce, mais cela a l’intérêt d’éduquer l’animal, qui accepte souvent plus de choses de la part d’un enfant que de celle d’un adulte”, explique le Dr Pasquet.

A lire aussi :

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here