La méthode du peaking, ou comment “jouir plus fort”

0
58


Et si on pouvait atteindre des orgasmes plus fous qu’hier (et moins fous que demain) ? C’est ce que propose la méthode du peaking, aussi appelée edging, très simple à appliquer. Mode d’emploi pour jouir au niveau supérieur.

Une méthode pour des orgasmes décuplés, vraiment ? On pourrait râler : le sexe n’est pas une question de performance. Mais on peut aussi sourire : cette méthode, que l’on doit à Tracey Cox, chroniqueuse et auteure britannique, est une façon de découvrir son corps, son plaisir et d’aller plus loin (et plus haut). Car ce qui est beau (et bon) avec la sexualité, c’est qu’elle est faite de surprises et que nous n’avons jamais fini d’apprendre. Tant mieux, quelque part : ne serait-ce pas dommage d’avoir fait le tour ? Alors pour continuer notre tour sans bout ni fin, plongeons le nez dans cette méthode nommée “peaking”, “peak” signifiant “sommet”, puisque le but est d’atteindre de nouveaux sommets (orgasmiques).

Sur le même sujet

Ces façons d'avoir un orgasme dont on ne vous parle pas

Comment ça marche ? Conseils pour pratiquer la méthode du peaking

La méthode du peaking se base sur un principe simple : quand vous sentez l’orgasme poindre, faites demi-tour, du moins reculez d’un pas ou deux, un peu comme si vous n’aviez pas envie de finir votre assiette (tiens, je vais laisser deux trois frites pour les savourer dans dix minutes). L’idée est donc de guetter l’orgasme et de freiner quand celui-ci se fait sentir. Pour cela, on change de rythme, de pratique, d’ambiance. Bref, on ralentit pour détourner notre orgasme de sa route. Pas de panique, il ne va pas s’enfuir, il va simplement se contenir pour mieux revenir. En résumé, pratiquer le peaking revient à se retenir de jouir dans l’objectif de lâcher les vannes quelques minutes plus tard.

Utiliser l’échelle du peaking pour maîtriser le dossier

Bien sûr, pour pratiquer le peaking et prendre le contrôle son orgasme, il est plus judicieux de le détecter. Mais comment savoir que là, maintenant, tout de suite, il est grand temps de freiner ? Tracy Cox propose de se repérer sur une échelle de 1 à 10. En gros, c’est comme chez le médecin, quand il vous demande  “et sur une échelle de 1 à 10, vous avez mal à combien ?”. Dans notre contexte à nous, il s’agit alors de “noter” son orgasme. On estime qu’aux alentours de 8, on peut embrayer et ralentir, puis redescendre de quelques points. Quelques instants plus tard, on laisse notre orgasme revenir, mais on peut aussi, pourquoi pas, le renvoyer au rez-de-chaussée. Car le peaking peut se pratiquer plusieurs fois de suite, seule ou à deux. En somme, une méthode facile, qui ne coûte pas grand-chose mais qui peut nous offrir de nouvelles et chouettes sensations, ou, le cas échéant, nous apprendre à compter.

Lire aussi :

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here