Dépression, angoisses, addictions… La face cachée du confinement

0
7


Les experts l’affirment : le premier confinement a amplifié les troubles psychiatriques et les addictions parmi la population française. Face à ce second confinement, l’inquiétude monte.

On s’en doutait, c’est maintenant une réalité : le premier confinement (entre le mois de mars et le mois de mai 2020) s’est accompagné d’une hausse des troubles psychiatriques parmi la population française. “En psychiatrie, la tension est permanente. Elle n’a fait qu’augmenter d’année en année mais on a connu un vrai paroxysme avec la période post-confinement, au mois de juin” a expliqué à l’AFP le Dr. Fayçal Mouaffak, chef de pôle à l’établissement de santé mentale (EPS) de Ville-Evrard à Saint-Denis.

Sur le même sujet

Confinement : 6 astuces anti-stress

Hallucinations, troubles de l’humeur, dépression, schizophrénie, anxiété… Le Dr. Fayçal Mouaffak affirme craindre une ” vague psychiatrique derrière la vague épidémique “. “[Après le premier confinement], on s’attendait à des dépressions, à des anxiétés, se souvient le Dr. Asma Ben Dhia, psychiatre, interrogé par nos confrères du Point. Mais c’était beaucoup plus grave que ça avec beaucoup de premiers épisodes psychotiques graves chez des patients sans aucun antécédent psychiatrique.

Le confinement, révélateur (et accélérateur) d’addictions

Selon une étude Odoxa réalisée au mois d’avril 2020, le premier confinement a aussi eu un impact sur… les addictions. En effet : 5,5 millions de Français ont consommé davantage d’alcool, 1 fumeur de cannabis sur 4 a augmenté sa consommation et 22 % des Français ont eu davantage recours aux anxiolytiques ou aux somnifères.

La situation se reproduira-t-elle à l’occasion de ce second confinement, prévu jusqu’au 1er décembre (au moins ?). En tout cas, 75 % des Français craignent une augmentation de leur consommation de tabac, 55 % de leur consommation de cannabis et 66 % de leur consommation d’alcool…

Lorsqu’on est dépendant, on se cache beaucoup du regard des autres. En travaillant à domicile, cette barrière saute et cela devient beaucoup plus compliqué. Et c’est applicable pour toutes les addictions” souligne Ariane Pommery de Villeneuve, ancienne alcoolique, désormais patiente experte à l’hôpital Bichat (Paris), interrogée par nos confrères du Parisien.

Source : Le Parisien, jeudi 5 novembre 2020.

À lire aussi :

Confinement : rendez-vous médical, mode d’emploi

Reconfinement : 3 exercices de sophrologie pour calmer l’anxiété

Deuxième vague : selon l’Institut Pasteur, le pic est attendu mi-novembre

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

Dépistage sérologique Coronavirus

  • Consultation médicale sans rendez-vous avec ordonnance si nécessaire, pour un test sérologique Coronavirus
  • Analyses en laboratoire remboursées sur ordonnance uniquement
  • Interprétation des résultats et échanges illimités avec le médecin dans le cadre de la consultation



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here