Covid-19 et froid : “la saisonnalité du virus n’est pas établie”

0
13


Si des études affirment que la baisse des températures stimule la propagation du virus, certains spécialistes ne valident pas cette hypothèse. Explications du Pr Christine Katlama, infectiologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière.

“Le rôle des conditions météorologiques a fait l’objet de nombreuses études. La température, l’humidité, le vent semblent être des facteurs explicatifs des évolutions observées et de l’aggravation en cours dans l’hémisphère nord”. C’est en substance ce que déclarait Jérôme Salomon, Directeur général de la santé, ce 17 décembre, lors de point épidémiologique hebdomadaire consacré à la crise sanitaire Covid-19.

Sur le même sujet

Comment faire un réveillon gestes barrière ?

Jusqu’à présent, de nombreuses études ont montré que les cas de personnes touchées par d’autres virus, comme ceux de la grippe ou du rhume, coïncidaient avec une baisse de la température extérieure. Mais qu’en est-il pour celui du Sars-CoV-2 ? Peut-on affirmer que le froid intensifie sa circulation? Selon une étude de l’Académie de médecine datant de mai dernier, lorsque la température augmente de 1°C, le nombre de nouveaux cas diminue de 3,1%. Si cette diminution permet d’aller dans le sens d’une accréditation de cette thèse, rien ne permet d’en tirer une théorie.

Comme l’explique le Professeur Christine Katlama, infectiologue à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, il est difficile de confirmer complètement cette hypothèse. Il faudrait en effet un cycle de saisons complètes dans les deux hémisphères, pour l’affirmer. Or ce virus respiratoire est récent et nouveau. Pour de nombreux autres virus respiratoires, il a été établi qu’effectivement, les saisons froides favorisaient la transmission des infections. Ce qui peut s’expliquer par le fait que les gens passent plus de temps à l’intérieur, aèrent moins les pièces où ils se trouvent, entre autres raisons. Ceci est certainement vrai avec ce virus là. Pourtant sa saisonnalité est encore difficile à établir.

D’ailleurs, on observe qu’en France, en été et en septembre, le virus a continué à circuler sans qu’il ne fasse froid. On ne peut donc pas dire que la multiplication des cas est influencée par la seule météo. Si on observe ce qu’il se passe à l’échelle mondiale, c’est pareil : aucune donnée ne confirme une plus grande virulence en hiver qu’en été.

La seule hypothèse dont on est à peu près sûr, c’est que le fait d’entrer en contact étroit avec d’autres personnes étrangères à son foyer, donne l’occasion au virus de se propager, quelle que soit la température. Les personnes qui ne vivent pas sous le même toit et souhaitent se retrouver, doivent donc respecter les gestes barrières pour limiter les risques : à savoir maintenir une distance physique d’au moins un mètre entre chaque personne, porter un masque dans les espaces clos, aérer régulièrement les pièces où l’on circule, éviter les embrassades et contacts physiques et se laver soigneusement les mains.

Lire aussi :

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes

Dépistage sérologique Coronavirus

  • Consultation médicale sans rendez-vous avec ordonnance si nécessaire, pour un test sérologique Coronavirus
  • Analyses en laboratoire remboursées sur ordonnance uniquement
  • Interprétation des résultats et échanges illimités avec le médecin dans le cadre de la consultation



Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here